Néo-créolisation en Martinique : le rôle des églises pentecôtistes dans le processus d’intégration et d’éducation de la communauté haïtienne

Max Bélaise

References

Electronic reference

Max Bélaise, « Néo-créolisation en Martinique : le rôle des églises pentecôtistes dans le processus d’intégration et d’éducation de la communauté haïtienne », Archipélies [Online], 3-4 | 2012, Online since 15 December 2012, connection on 23 February 2024. URL : https://www.archipelies.org/1673

L’immigration haïtienne aux Antilles françaises constitue un véritable choc pour des individus propulsés dans des terres qui constituent l’Europe tropicale et qui, d’emblée, leur sont hostiles. Pourtant, outre la langue créole, ces Haïtiens partagent avec leurs hôtes une culture créole. Cette perception, André-Marcel d’Ans (1986) la nomme Créolitude, c’est-à-dire une déclinaison de la langue et la culture créoles partagées par les Haïtiens et les Antillais français. Celle-ci entre en concurrence avec le concept d’Haïtianitude (ibid.), qui renvoie a contrario à un sentiment d’appartenance à la patrie de Toussaint Louverture et trouve sa pleine signification dans le contexte de l’exil en Martinique. Par ailleurs, une communication se met en place entre les idiosyncrasies haïtienne, martiniquaise et anglo-antillaise (principalement de Sainte-Lucie et de la Dominique), une fois qu’elles sont débarrassées de leurs aspérités. Ce processus de rencontre est à l’origine d’une néo-créolisation, phénomène dont nous avons pris la mesure en observant des communautés néo-protestantes haïtiennes de la Martinique. Celles-ci sont de véritables laboratoires permettant d’observer ce phénomène : parce que d’une part elles ne sont pas nombreuses, parce que d’autre part, initialement Églises ethniques, elles se sont au cours du temps désethnicisées en accueillant des Martiniquais, des Anglo-antillais, voire des Guadeloupéens et des Guyanais ; si bien que l’on observe l’émergence d’un continuum linguistique ou néo-créole permettant la communication entre ces adeptes de divers horizons. Par ailleurs, ce processus qui vaut pour la langue vaut aussi pour d’autres éléments culturels : la liturgie, la musique, l’éducation ou la cuisine. Les mariages « mixtes » participent de ce processus, singulièrement au niveau culinaire, selon nos informateurs. Concernant l’éducation, la transmission intergénérationnelle s’opère selon cette même modalité interculturelle.

Haitians’ integration into the French West Indies is marked by an undeniable shock for these people plunged into a hostile tropical Europe. Nevertheless, apart from creole language, these Haïtians share a creole culture with their hosts. This perception was called by André-Marcel d’Ans (1986) ‘Créolitude’, that is to say a declination of creole language and culture shared by Hatians and French West Indians. It is used in competition with the concept of ‘Haitianitude’ (ibid.) that, in its turn, refers to a sense of belonging to the land of Toussaint Louverture and finds its full meaning in the context of exile in Martinique. Otherwise, a line of communication is established between Haitians, people from Martinique and from English West Indies (particularly St. Lucia and Dominica) idiosyncrasies, as soon as they can get rid of their harshness. This encounter produces a neo-creolisation. We measured its importance by observing the Haitian neo-protestant communities in Martinique. These communities can be considered as laboratories to analyze this phenomenom. On one hand, these communities are not numerous, and on the other hand, initially linked to ethnic churches, they have been losing their ethnicity by welcoming people from Martinique, the English West Indies and even from Guadeloupe and French Guiana. So, we note the emergence of a linguistic or neo-creole continuum allowing communication between followers from various origins. Besides, this process that is worth for language is also worth for culture such as liturgy, music, education and cooking. According to our sources of information, mixed marriages contribute to this process, particularly for culinary arts. Concerning education, intergenerational transmission operates on the basis of the same intercultural modality.

[La mondialisation] relativise les identités les mieux assises,
contraignant chacun à prendre conscience
de sa particularité au milieu des autres.
(Marcel Gauchet, 2011)

Introduction

Quand l’actualité martiniquaise fait référence aux Haïtiens de l’île, elle présente ces Caribéens comme des étrangers avec lesquels le commerce relationnel devrait se résumer à l’exploitation de leur ardeur laborieuse. En effet, les Créoles des îles françaises, à l’instar de leurs homologues de Guyane, ont tendance à réifier l’identité haïtienne1 et à faire circuler sur les Haïtiens toutes sortes de rumeurs2. De nombreux faits3 décriés par les élites de ces régions témoignent de cette négation identitaire qui, par ailleurs, est fréquente dans les Antilles hispanophones, par exemple en République dominicaine4. Pourtant, la présence haïtienne à la Martinique est l’occasion de dépasser les processus de stigmatisation et de prendre la mesure de la rencontre de deux cultures créolophones5, autrement dit, d’appréhender une déclinaison du concept de néo-créolisation. Dans une réflexion sur Le rêve d’une intégration caribéenne6, Ensie Paul et Fritz Calixte appellent une « nouvelle forme de créolisation [donc néo-créolisation], le développement de zones d’échange sur la base de valeurs communes. »7 Il s’agit, selon ces deux chercheurs, que les pays impliqués puissent développer « des plans de coopération dans le domaine de la culture, de l’éducation, de la protection civile et de l’urbanisation, de la santé, de l’agriculture et du travail. »8 Ce qui revient pour ces pays, estiment-ils, « [à] inventer une voie pour une créolisation respectueuse des diversités. »9 Dans le même esprit, Frédéric Piantoni argumente l’intégration des migrants dans « les sociétés domiennes » comme une contribution « à l’élargissement du creuset créole »10.

Une telle perspective devrait se trouver facilitée dans un contexte de globalisation/mondialisation, c’est-à-dire, selon Arjun Appadurai, dans « un monde essentiellement défini par la circulation : circulation des personnes et des biens, des idées et des idéologies, des techniques et des technologies. »11 Elle le serait d’autant que l’on se trouve face à un peuple préparé culturellement à celle-ci. Car selon le psychologue Daniel Derivois, « Le peuple haïtien est fondamentalement frappé d’interculturalité. »12 Autrement dit, Haïti est un pays issu de diverses combinaisons culturelles, « un pays où le mélange des langues et des civilisations a une longue tradition. »13 Au-delà d’Haïti existerait une identité commune à tous les insulaires de l’archipel des Caraïbes, celle de l’Homme créole. Ainsi la connaissance acquise dans la représentation du monde et des choses relèverait d’une même intelligence qui a été rendue nécessaire pour transcender les conditions de la première mondialisation, une même dynamique qui a mis en contact des hommes et des femmes d’horizons culturels différents à travers ce chapelet d’îles américaines14. Certes, chacune de ces îles a connu son développement propre, duquel a surgi une idiosyncrasie culturelle. Mais un principe commun se trouve à la base de ces spécificités. C’est cette même origine créole qui amène une lectrice d’un mensuel guadeloupéen à s’interroger : « Ne partageons-nous pas “Tim tim ! Bwa sèk !, Krik ! Krak !” ? Et même si quand les tiens disent “Dlo kanpé ?”, les miens disent “Dlo doubout ?”15, ne répondons-nous pas ensemble, “kann !” ? »16

La lecture que fait cette Haïtiano-Guadeloupéenne indique bien qu’à la base de la constitution de cet homo creolensis se trouve : « Une racine démultipliée, rhizomée, qui s’étend en transversalité, en horizontalité, pas en verticalité acquise par Révélation/filiation. »17 Il est évident que cette métaphore vive traduise un phénomène qui est loin de s’achever dans « ce monde de flux. »18 Bien au contraire, celui-ci possède une force activée par les migrations, et commande de prendre en compte les termes significatifs de cette phénoménalité telle que l’a décrite Édouard Glissant. La créolisation qu’il affirme se décline de la sorte :

« [Elle] n’est ni l’évidence de cette hybridation seulement, ni le melting-pot, ni la mécanique des multiculturalismes. C’est un processus et non pas une fixité. Il y a une alchimie de la créolisation, qui outrecroise les métissages, et quand même elle passe par eux […]. J’avais supposé qu’une langue créole […] est la résultante imprévisible, imprédictible, et fulgurante, dans un temps et dans un lieu, de la rencontre de données linguistiques (lexiques, syntaxes et modes du parler), absolument hétérogènes, avec des résultantes inattendues. »19

L’analyse nous apprend que la diaspora haïtienne de la Martinique est concernée par ce phénomène de nouvelle créolisation, non seulement au contact des Martiniquais de souche (natif-natal) et au contact d’autres Caribéens (de Sainte-Lucie, Dominique, Guadeloupe), mais aussi à travers la pratique religieuse. Dans le même temps, les natifs bénéficieraient aussi de l’issue logique du processus20. Ainsi, en Guyane française, selon Françoise Grenand, les Haïtiens ont introduit dans le créole guyanais un vocabulaire spécialisé21.

Nous sommes donc face à un phénomène qui n’a pas encore été étudié dans le cas des Antilles françaises, et que nous voulons appréhender dans un cadre « aisé » à circonscrire : des associations cultuelles pentecôtistes. Certes, les espaces ecclésiaux ont pu attirer l’attention de chercheurs quant à l’intégration des populations migrantes. La sociologue étatsunienne Margarita Mooney a mené une étude sur l’intégration haïtienne en France, aux États-Unis et au Canada en faisant l’hypothèse que ces espaces pouvaient être perçus comme des structures de médiation en vue de cette intégration. Dans le cas français, elle conclut qu’ils le sont : « Parce qu’[ils] créent un [lieu] où les individus se fabriquent du sens et parce qu’[ils] fournissent une base institutionnelle grâce à laquelle les immigrants ordinaires peuvent entrer en contact avec l’État. »22 Cependant, elle n’a enquêté, dans le cas français, que dans la communauté catholique haïtienne de Paris, et non dans les églises protestantes. Quant au géographe Cédric Audebert, il s’est intéressé à une insertion géospatiale à Miami de ces migrants par le biais de leur adhésion à une communauté protestante. Mais les dimensions éducative et sociolinguistique ne constituaient pas les objets de sa contribution. Pour sa part, l’anthropologue Gilles Bibeau23 a étudié l’intégration citoyenne par le biais du religieux dans les églises syncrétiques de Montréal. Toute sa démonstration visait à mettre en relief le caractère thérapeutique des cultes des églises noires de la ville québécoise, et le rôle de cette dimension curative dans l’intégration. Dans une recherche récente de qualité, l’anthropologue Maud Laëthier (2011)24 a mené une analyse qui « questionne les implications et les ressorts de la présence haïtienne dans le double processus d’ethnicisation et de créolisation spécifique au contexte guyanais. »25 Dans cette recherche, elle a été amenée à enquêter dans les « assemblées protestantes haïtiennes » dont les pasteurs, relève-t-elle, « insistent pour dire que le français est utilisé pour “l’intégration”, tandis que le créole est utilisé afin que les fidèles “comprennent bien”. »26 En outre, Laëthier a posé le doigt sur des postures chez des jeunes haïtiano-guyanais que nous n’avons pas relevées à la Martinique : « Une identification nationale, pensée sur un plan culturel, [qui] prend le pas sur l’identification au territoire de naissance [la Guyane] »27 ; et elle doute, d’autre part, de l’existence d’un processus de créolisation chez ces jeunes nés dans ce département28,29. Pour autant, elle ne récuse pas la question de la néo-créolisation, qui se pose avec acuité dans le cadre de la mondialisation, surtout en contexte multiculturel30. D’ailleurs, comment rejeter cette matrice de facilitation d’insertion dans les DOM ? Ainsi, Bernard Chérubini31 fonde l’insertion des migrants dans ces DOM sur le caractère créole de la société d’accueil et sur le processus de créolisation socioculturelle.

Notre recherche diffère de celles des analystes cités, en ce sens qu’elle observe la néo-créolisation en milieu protestant sous l’angle de l’intégration et de l’éducation — un double processus qui relèverait de mécanismes universels32. Ce qui est certain, c’est que dans le cadre martiniquais (qui n’est pas celui de la Guyane française), et dans le contexte ecclésial qui nous sert de laboratoire, les populations en présence sont toutes créolophones, ce qui singularise le phénomène que nous étudions et valide (rait) notre hypothèse. Marie-José Jolivet, dans sa préface de l’essai de Laëthier, note que seulement quelques migrants haïtiens parviennent à se frayer un chemin vers une sorte d’intégration33. Comment se met-il donc en place, ce chemin, au sein de cette communauté de Créoles ? Quelles en sont les représentations objectives ? Comment les mesurer chez des Caribéens qui sont déjà créolisés, dont la pratique religieuse s’inscrit au cœur même de la globalisation ?

Selon nous, le corollaire de ce phénomène, et donc un de ses marqueurs essentiels, serait une facilité d’intégration et d’éducation dans un contexte français où perdure l’idée que l’intégration est obligatoirement synonyme d’assimilation34,35 c’est-à-dire, pour l’étranger, l’abandon de « toutes les caractéristiques qui sont, chez lui, étrangères à la société d’accueil. »36 Dans les sociétés post-plantationnaires, ce concept aurait pour sens l’occidentalisation, comme le fait remarquer Marie-José Jolivet dans un texte37 sur la créolisation en Guyane française où la socioanthropologue envisage la déclinaison du concept d’assimilation38 dans son rapport à la créolisation. Par ailleurs, plusieurs chercheurs, notamment Jean Benoist, Jean-Luc Bonniol et encore Marie-José Jolivet, à travers plusieurs articles, ouvrent un champ définitionnel très large pour la compréhension de la notion de créolisation et d’autres concepts afférents39.

La néo-créolisation serait-elle une manière pour les ressortissants haïtiens de réussir leur processus d’intégration ? C’est cette hypothèse que nous formulons dans notre recherche. Nous utiliserons différents outils qui viendront éclairer le fait culturel qu’est la néo-créolisation. Nous définissons cette dernière comme le résultat d’un processus de rencontre et d’interaction de traits culturels qui s’hybrident dans un contexte mondialisé de circulation des individus. Rapportée au cas particulier des Haïtiens de Martinique, cette néo-créolisation concerne des individus porteurs de traits déjà créolisés. Le frottement entre la culture créole du pays d’origine, Haïti, et celle du pays d’arrivée, la Martinique, produit une créolisation nouvelle et singulière, une créolisation de créolisations que nous pouvons qualifier de surcréolisation ou de métacréolisation. Celle-ci se trouve cependant confrontée en Martinique à d’autres dynamiques culturelles, notamment à la francisation.

1. Les conditions de la recherche

La connaissance que nous avons de notre objet d’étude résulte d’une démarche entreprise dans les cinq communautés néo-protestantes haïtiennes de Fort-de-France. Ce sont des ecclésioles tenues par ceux que certains chercheurs, tel Jesus Garcia-Ruiz, conviennent d’appeler des « pasteurs-propriétaires »40, qui sont pour la plupart des clercs autoproclamés.

L’enquête de terrain a consisté à prendre part à la vie de ces églises en assistant à différents moments de la vie communautaire ; en menant des entretiens auprès des membres et des responsables. Autrement dit, la validité de notre hypothèse a pu être vérifiée en observant activement41 ; en engageant des informateurs pour effectuer des entretiens, pour la plupart semi-directifs42 ; et en utilisant les informations tirées de journaux d’églises.

Cette enquête s’est déroulée essentiellement dans l’agglomération de la capitale où sont établies les communautés susnommées. Elle nous a permis d’expérimenter les vécus de chercheurs en anthropologie tels François Laplantine (2003), Sandra Fancello (2008), André Mary (2000), Jacques Gutwirth (1991/1978). Ceux-ci ont expérimenté ce que Fancello appelle : « Travailler… chez les convertis. »43 En effet, « le pentecôtisme s’affirme comme une religion de conversion. »44 L’enquête a aussi créé une certaine « assiduité »45 aux différentes rencontres, ainsi qu’une « posture d’extériorité »46 nécessaire au chercheur. En outre, les dimensions d’éducation et d’intégration47 nous intéressent puisque l’un de nos axes de recherche consiste à appréhender ces communautés comme des Tiers-lieux d’éducation et d’intégration48. En effet, celles-ci répondent à la définition de l’éducation que donne l’anthropologue Marie Cegarra, à savoir : « que l’éducation des êtres humains s’inscrit […] dans un milieu spécifique [influent], tel que l’environnement physique, social et culturel. »49

Cet exercice de caractérisation, nous le restituons en examinant trois aspects qui constitueront notre développement : la déclinaison d’une typologie de ces communautés afin de mieux les connaître ; l’analyse du processus de néo-créolisation ; enfin, il s’agira d’appréhender la dynamique d’intégration et d’éducation dans ces églises à travers cette catégorie anthropolinguistique qu’est la néo-créolisation.

2. Typologie des communautés néo-protestantes haïtiano-martiniquaises

Elles sont au nombre de cinq dans Fort-de-France — chef-lieu de la Martinique — et de deux dans les communes du nord de l’île. Les paroisses du chef-lieu sont principalement situées dans des quartiers où réside une grande partie de la diaspora. On en trouve ainsi aux Terres Sainville, à Sainte-Thérèse, à Volga-Plage, à Chateauboeuf. Ces communautés ne regroupent pas la totalité des 1 575 ressortissants haïtiens officiellement recensés50. Le nombre total des fidèles n’excéderait pas 700. Cependant, il est difficile d’obtenir des chiffres exacts, car aucune de ces Églises ne tient de registre paroissial fiable. En outre, fait intéressant, ces communautés nées de la scission de la première église haïtienne de l’île, celle du quartier de Chateauboeuf, se sont désethnicisées au fil du temps, au point d’accueillir des créolophones de tout l’archipel. On y trouve des ressortissants de Sainte-Lucie, de la Dominique, de la Guadeloupe, de la Guyane, ainsi que des autochtones — cette dernière catégorie désignant les Martiniquais de souche. Un brassage ethnique qui donne lieu à des mariages « mixtes » entre coreligionnaires d’origines différentes. Un examen approfondi de ces conjugalités permet d’identifier des couples haïtiano-martiniquais, haïtiano-dominiquais, haïtiano-guadeloupéens, haïtiano-saint-luciens, haïtiano-guyanais. Ce brassage met donc en présence des individus parlant des créoles à base lexicale française51 (d’Haïti, de Guadeloupe, de Martinique, de Sainte-Lucie, de Dominique et de Guyane), mais qui diffèrent les uns des autres. Ainsi, le créole guyanais, qui est « investi de créole haïtien »52, se distingue53 de ceux de Sainte-Lucie et de la Dominique, investis, eux, par l’anglais. Ce qui oblige les leaders à inventer une langue utilisée en chaire qui serait un créole universel54, difficile à identifier, y compris par tous ces fidèles, et qui a ou aurait pour matrice le créole haïtien — langue « vécue par chaque Haïtien, selon Alain Bentolila, comme une composante de son identité »55. Selon l’un de nos informateurs, aucun de ces leaders ne fait l’effort de s’exprimer en pur créole martiniquais, mais utilise un créole qui ne serait ni martiniquais ni haïtien : un esperanto créole fabriqué de toutes pièces, par lequel la ferveur religieuse se décline. Car tous se reconnaissent dans l’expression du culte pentecôtiste, un culte exubérant dont la liturgie fait une large place à une hymnologie d’extraction haïtienne, laquelle reprend sur un tempo créolisé56 des classiques protestants étatsuniens. Dans toutes les Églises visitées, « le déroulement du culte reprend les mêmes séquences liturgiques temporelles : “la louange”, “l’adoration”, » les prêches », les “offrandes” et les “annonces des activités de la semaine”, les témoignages s’insérant de façon non systématique dans ce programme »57.

Ces communautés sont essentiellement des communautés de tendance pentecôtiste. Mais en nous basant sur la catégorisation que proposent Jesus Garcia-Ruiz et André Corten58, il serait plus exact de les qualifier de communautés néo-pentecôtistes. L’une des singularités de cette confession chrétienne, c’est qu’elle relève de la logique de globalisation59. « Ce qui signifie [que les églises qui s’en réclament] sont d’emblée porteuses de l’idéologie, des valeurs et des formes institutionnelles issues du management, des nouvelles technologies de communication et, plus généralement, de la valorisation de la logique du marché […]. Dans cette économie générale, le pasteur se pose en acteur global, universel, toute Église néo-pentecôtiste se devant d’être missionnaire. »60 Caractéristiques qui expliquent l’inscription de ces communautés dans un réseau d’échanges avec les îles anglo-antillaises de la Dominique et de Sainte-Lucie, ainsi qu’avec Haïti. Des pasteurs originaires de ces territoires sont régulièrement sollicités. Ils portent leurs messages dans leurs différents créoles et stimulent leurs auditoires par des expressions anglo-créolisées, quand ils sont d’origine anglophone. Ainsi, pour certains créolophones, s’entendre dire que Bondié provide a bizwen an nou stimulerait davantage l’imagination que d’entendre la même assertion théologique en français : Dieu pourvoira à nos besoins. Quant aux pasteurs haïtiens, ils délivrent leurs enseignements en français, en créole — haïtien mâtiné de créole martiniquais —, en français créolisé, en créole anglicisé. Ce qui introduit l’auditeur dans un brassage linguistique à l’origine d’une néo-créolisation culturo-cultuelle. Le maître d’œuvre de ce processus et celui qui en produit les sens est le pasteur-propriétaire, véritable entrepreneur du religieux, qu’une étude réalisée à Montréal montre dans cette posture.

En effet, dans son travail sur le rôle des églises noires de Montréal dans l’intégration citoyenne, Gilles Bibeau affirme « que les chefs d’Églises noires re-combinent avec leurs fidèles les éléments de différents systèmes de croyances et inventent des rituels hybrides dans lesquels la Bible agit comme un super-fétiche qui peut soulager la souffrance, guérir les maladies, libérer les fidèles du mal, leur donnant force et espoir pour s’inscrire comme citoyens dans la société d’accueil. »61 Cette conception l’amène à considérer ces « églises chrétiennes noires comme des systèmes créolisés de sens. »62 C’est dans celles-ci que se déroule activement la socialisation de bon nombre de jeunes Haïtiens nés en terre martiniquaise.

Les jeunes d’origines étrangères de ces communautés sont, pour la plupart, nés en territoire français et sont donc scolarisés normalement. Ils sont, dans certains cas, écartelés entre les origines de leurs parents : ils sont par exemple nés en Martinique d’un père haïtien et d’une mère dominiquaise. Une réalité identitaire qui va structurer certains. Leurs socialisations primaire et secondaire s’effectuent essentiellement dans ces contextes de melting pot culturel qui façonnent leurs imaginaires. Qui plus est, ils sont face à des adultes faiblement alphabétisés63, car la majorité de ces adultes est d’origine rurale et n’a pas transité par les capitales de leurs territoires respectifs. Pour ces derniers, l’église constitue l’un des deux foyers de l’ellipse de la vie familiale, l’autre foyer étant le labeur pour subvenir aux besoins d’ici et de là-bas, ce qui est particulièrement vrai pour les Haïtiens de Martinique. C’est donc à travers la vie communautaire que se déroulent l’enfance et l’adolescence de ces jeunes. Les valeurs qui leur sont inculquées relèvent à la fois du biblicisme de leurs parents et de l’éducation traditionnelle que ces derniers leur transmettent. Cependant, tout dépendra des lieux d’habitation de la famille. Une logique voudrait que si celle-ci réside dans un quartier à forte implantation de compatriotes, l’éducation soit très traditionnelle64, en rupture avec les valeurs républicaines. Par contre, toujours selon une informatrice, plus la famille vit au milieu de Martiniquais, moins les valeurs d’une éducation traditionnelle se feront ressentir. Quoi qu’il en soit, l’idée maîtresse pour ces familles déracinées est de préserver autant que faire se peut leurs progénitures des effets de l’acculturation. En ce sens, à l’instar de John-Wesley Powell, l’inventeur du concept d’acculturation, nous voulons parler de « la transformation des modes de vie et de pensée des immigrants »65. Or est-ce possible dans ce cadre qui relève de la globalisation et de la « déterritorialisation/reterritorialisation »66 ? Tout l’art du pasteur « pour dynamiser et donner de la visibilité à son institution doit s’insérer dans des réseaux globaux. »67 Il est en même temps acculé à accompagner la dynamique que décrit Max Weber : l’institutionnalisation de son église. Cela passe par une mise en conformité avec les règles du pays-hôte, et un accompagnement à l’insertion des membres de la seconde génération, au risque de les voir déserter sa paroisse. Des initiatives sont prises pour cela : cours de soutien, activités de loisirs, catéchisme pour les néophytes, etc. ; autrement dit, des activités paraecclésiales afin de retenir ceux qui seraient vite happés par « le monde » si l’offre qui était faite ne se diversifiait pas. Le résultat est un encouragement pour les plus jeunes à s’investir scolairement, à se dépasser pour se positionner socialement et devenir un soutien matériel pour les leurs et la communauté. Peu à peu, jeunes et moins jeunes s’acculturent. Ils se martiniquanisent et ne s’expriment qu’en créole martiniquais et en français. Quelques-uns font l’effort, en groupe, de s’exprimer en créole haïtien, même s’ils sont nés de parents saint-luciens. Ce qui est certain, c’est qu’aucun n’a une bonne maîtrise du créole haïtien, alors qu’ils l’ont de celui de la Martinique, nous a-t-on fait savoir. La référence au modèle culturel dominant et les effets de la scolarisation viennent contrebalancer la culture haïtienne et la puissance du lien mnémonique que tout parent diasporique enseigne68. De plus, la disponibilité cognitive de ces jeunes les autorise à composer avec « ces systèmes référentiels complexes qui reproduisent […] la pluralité des ancrages identitaires. »69 Notre interprétation va dans le même sens que la perception qu’a eue Yannis Nasso, issu de la jeunesse haïtienne de Guadeloupe. Dans une étude menée sous la direction du géographe André Calmont, Nasso constate la forte intégration des jeunes Haïtiens à la culture guadeloupéenne :

« Les bases de cette affirmation sont des entretiens avec un groupe d’adolescents, la plupart nés en Guadeloupe. Ils se reconnaissent tous dans la culture créole et le mode de vie guadeloupéens. Ce ne sont pas les seules références, puisque l’influence culturelle haïtienne reste forte, même si elle ne s’exerce que dans le cadre familial. À l’adolescence, ils s’émancipent de l’influence parentale qui a participé à un certain conditionnement culturel. Se révèlent alors les effets du brassage avec les jeunes Guadeloupéens, des contacts qui sont noués à l’intérieur des enceintes scolaires. Les jeunes Haïtiens affichent une culture plus guadeloupéenne qu’haïtienne. L’empreinte culturelle guadeloupéenne se marque par l’usage du créole guadeloupéen. La jeunesse haïtienne se fond dans la jeunesse locale. L’uniformisation se marque également par des comportements vestimentaires. »70

Les adultes, qui souffrent des « traumas de la déterritorialisation »71, se conforment peu à peu à cette néo-culture qui va se traduire par davantage de chants en français quand les jeunes sont invités à animer la célébration, par une « naturalisation » de la tenue vestimentaire. Ces combinaisons relèvent de « la créolisation entendue comme la transformation de savoirs et pratiques antérieurs et extérieurs à l’un au moins des groupes des sociétés pluriethniques qui se les réapproprient, en vue d’une production culturelle et symbolique nouvelle. »72

3. Le phénomène de néo-créolisation

C’est à la faveur de l’implantation de ces églises caribéennes que s’est développée une créolisation du christianisme, toutes confessions confondues. Les pasteurs protestants n’avaient pas d’autre choix que de communiquer en créole avec les potentiels adeptes martiniquais qu’il fallait séduire. Leurs postures étaient la négation de toute une conception des missionnaires qui récusaient la langue créole, mais aussi la culture créole pour la célébration des offices. Les courants de la théologie de l’inculturation n’eurent pas, pendant longtemps, de résonance en terre martiniquaise et étaient plutôt mal perçus. En revanche, un vif intérêt s’est manifesté à l’arrivée de ces pasteurs qui s’exprimaient sans complexe en créole, usant de métaphores parlantes pour tous les néo-adeptes de ces cultes, de musiques rythmées pour célébrer la divinité pourvoyeuse d’un bonheur présenté comme à portée de main.

Dans le tableau 1 ci-après, on peut voir deux chants en créoles guyanais et haïtien qui connaissent un certain succès dans les assemblées pentecôtistes locales et haïtiennes. Cependant, dans aucune de ces communautés on n’a constaté de volonté d’adaptation en langue vernaculaire martiniquaise, nous signale un de nos informateurs. D’où la manifestation d’un principe glissantien : « Creolization is unpredictable [in its effects] »73 ; principe que légitime scientifiquement :

– Isabelle Léglise74, qui dans sa recherche sur les Contacts de créoles à Mana (Guyane française) s’est trouvée face à une mixité linguistique : « On parle un mélange de créoles haïtien et guyanais, une langue entre nous », affirment deux jeunes Haïtiennes et une jeune Guyanaise interrogées. Par ailleurs, la chercheuse observe des situations où se développent des zones interlectales autour du créole guyanais75. Ainsi « les chantiers du bâtiment présentent un univers linguistique constitué essentiellement de contacts entre les créoles à base lexicale française. »76 S’y est développé un fort mélange : une zone interlectale de créoles guyanais, antillais et haïtien. En mettant au jour ces rencontres de langues, la réflexion sociolinguistique rejoint l’observation anthropologique qui conçoit : « que les syncrétismes sont des modalités de construction »77 des sociétés créoles. Le tableau 2 nous livre des éléments du lexique néo-créole (mélange des créoles martiniquais, haïtien, saint-lucien, guyanais) ayant cours dans ces églises ethniques haïtiennes de Martinique.

– Carlo Avierl Célius78, selon qui la créolisation est fondamentalement une problématique anthropologique. Ce contact des cultures se décline dans le tableau 3, dans une créolisation culinaire que nous décrit une de nos informatrices. En effet, il est désormais prouvé que la question culinaire a toujours croisé la question linguistique dans ce contact civilisationnel. Dans une recherche sur l’île de La Réunion, Laurence Tibère conclut : « à la fonction intégrative de la cuisine créole »79. Il s’avère même, selon son analyse, que « l’alimentation est un puissant vecteur d’intégration dans l’univers créole »80 qui met en contact une cuisine commune : la cuisine créole et « des espaces spécifiques, en relation avec les modèles alimentaires d’origine. »81 Les informations qui nous ont été fournies incarnent cette réalité créolisée : les Franco-Antillais qui font aujourd’hui l’un des plats typiques d’Haïti, la banane pesée, et des Haïtiens qui réalisent des mets martiniquais et qui accommodent certains de leurs plats à la martiniquaise. Or l’une des originalités de la culture créole, c’est bien son processus intégrationnel. Catherine Benoît cite R.-T. Smith qui identifie deux mouvements à l’œuvre dans ce processus : « D’une part, la création d’une culture commune à tous les groupes ethniques, et d’autre part, l’accent mis sur les spécificités de chaque groupe ethnique. »82

Tableau 1 : Chants en créoles guyanais et haïtien

Tableau 1 : Chants en créoles guyanais et haïtien

Tableau 2 : Expressions néo-créoles en usage dans ces églises

Tableau 2 : Expressions néo-créoles en usage dans ces églises

Tableau 3 : Néo-créolisation culturelle (réponses d’une informatrice)

Tableau 3 : Néo-créolisation culturelle (réponses d’une informatrice)

La reconnaissance de ces faits nous conduit à penser que le phénomène de néo-créolisation ne concernerait pas seulement ces Caribéens en exil dans cette Europe des tropiques qu’est la Martinique. Les Eurocarïbéens83 en subissent eux aussi les effets : en chantant en créole haïtien/saint-lucien/dominiquais ; en adoptant les mélodies religieuses du pays de Toussaint Louverture ; en s’acculturant à ces idiosyncrasies caribéennes ; en se mariant à ces autres ressortissants de la Caraïbe. Ils manifeste (raie) nt ainsi une réelle volonté de découvrir la culture de l’autre. C’est l’expérience d’un de nos informateurs, qui interprète cette empathie comme une manière de se démarquer du reste de la population, qui, elle, n’aurait pas la même bienveillance. Ce dernier nous faisait aussi part de l’engouement de ses coreligionnaires autochtones pour des « voyages missionnaires » programmés par le responsable de sa communauté84. Mais c’est aussi une autre manière de se réapproprier « la culture polyphonique »85 dans laquelle est né l’esclavage. Une thèse qu’a longtemps défendue Paul Gilroy et que reprend Christine Chivallon. En conclusion d’une étude intitulée : « La diaspora antillaise au Royaume-Uni et le religieux »86, la géographe et anthropologue signale, contrairement à ce qu’elle décrit chez les Antillais anglophones, l’inféodation à la culture européenne de la pratique religieuse des Martiniquais et des Guadeloupéens. Celle-ci aurait pour conséquence une non-libération du corps et des émotions aux moments des célébrations religieuses. Elle constate que la pratique religieuse de ces derniers aux Antilles « se montre beaucoup plus sensible à une orthodoxie occidentale, visible dans les comportements très rigoureux, pauvres en manifestations émotionnelles. Tout se passe comme si la capacité à se démarquer du champ idéologique de la société coloniale avait été rudement entamée. »87 A contrario, l’on est en droit de penser qu’une sorte de re-créolisation88 du corps et des émotions s’opère chez les Caribéens français lorsqu’ils évoluent parmi d’autres Caribéens au sein d’un espace religieux commun, du moins pour ceux qui arrivent à s’affranchir d’une orthopraxis occidentale. Remarquons néanmoins, en ce qui concerne cette fois les étrangers, qu’en dehors de l’Église, ils contrôleraient leur émotion et leur gestuelle afin de respecter les manières et règles de civilité en usage dans la société d’accueil89.

Pour les Haïtiens, la néo-créolisation passerait par une modification du rapport de « l’Haïtien à lui-même » du fait de l’acculturation, ainsi que par un autre rapport aux Antillais français. Pour André-Marcel d’Ans, en Haïti, les Haïtiens ne porteraient aucune attention à ces créolophones des Petites Antilles. Une attitude qui change quand ils sont en exil. Ainsi, « quelle que soit l’indifférence qu’ils manifestaient à leur égard en Haïti, les Haïtiens qui émigrent en Amérique du Nord ne tardent pas à se découvrir des affinités avec les Antillais français. »90

À bien y réfléchir, la néo-créolisation dont il est ici question est consubstantielle à la pratique religieuse de ces créolophones, en vertu de la rencontre des cultures en présence, et surtout en vertu de « la plasticité culturelle du mouvement [néo-pentecôtiste]. »91 Cette plasticité consisterait à faire dialoguer la culture globale que véhicule cette religion et la culture locale, voire régionale, pour ces étrangers. Il n’y a donc pas homogénéisation des cultures, mais émergence d’un bouillon, d’une culture née de l’imagination des uns et des autres. Une explication que nous inspire la thèse d’Appadurai sur les conséquences culturelles de la globalisation. Pour ce dernier, c’est à ce conditionnement auquel nous sommes soumis du fait de la globalisation. Nous sommes dans « un monde où les points de départ et d’arrivée sont situés dans le flux culturel. »92 Une effervescence qu’autorise l’apparente fin de l’État-nation et dont les conséquences peuvent être une absence de repères.

Dès lors, comment s’intégrer quand on est nourri au lait de cette globalisation culturelle, ne serait-ce que via la religion ? M. Gauchet doute de la capacité de la France de ce début du XXIsiècle à le faire. « S’intégrer, dit-il, veut dire en fait s’intégrer dans une communauté historique, à une culture, à une tradition, à un ensemble de références […] Il faut que ce à quoi on l’intègre soit clair, ce qui n’est pas le cas en France. »93 Pour lui, « La France est un pays enraciné dans une histoire, belle, longue, tragique, mais qui pèse très lourd dans les esprits d’aujourd’hui. [Or], dans le contexte actuel de la mondialisation, [les Français] n’ont plus de repères. »94

Selon nous, la néo-créolisation faciliterait cette intégration ; elle ne place pas ces migrants face à la dualité des familles africaines : s’insérer et/ou rester attaché au patrimoine langagier d’origine95. Car loin de se diluer, les néo-Créoles bénéficieraient de cette recomposition culturelle pour se conformer aux codes du pays d’accueil sans pour autant se perdre à travers le processus d’assimilation. Dans les territoires créoles de la France, ce dernier s’opère de façon particulière pour les immigrants qu’ils reçoivent. Ces arrivants sont confrontés à une double acculturation : aux traits du pays d’accueil d’une part, à la superstructure culturelle française d’autre part. Face à cette double altérité, le choc culturel est atténué : l’effacement de la différence qu’opère l’assimilation s’effectue différemment. C’est ce que montre l’étude de ces communautés. Dans ce cadre, l’intégration se fait par paliers, au contact d’autres étrangers, au contact des autochtones qui eux-mêmes sont porteurs d’une culture plurale et au contact des schèmes culturels dominants.

L’imagination et la créativité qui caractérisent ces sociétés post-plantationnaires seraient un rempart contre le problème culturel qu’évoque Hugues Lagrange. Selon ce dernier, « les populations immigrées […] seraient, au fond, coupables de ne pas‘s’arracher’ à leurs cultures d’origine. »96 De toute évidence, cette perception ne vaudrait pas pour ces créolophones, puisque, selon l’analyse de Jolivet : « La créolisation, en tant que dynamique d’intégration, impliqu[e] que le migrant ne tourn[e] pas le dos au modèle occidental […] En ce sens, la dynamique de créolisation [n’est] qu’une dynamique d’assimilation recentrée. »97

4. Les églises : des espaces d’intégration et d’éducation

Considérer les églises comme des espaces d’intégration et d’éducation des communautés diasporiques apparaît comme un fait désormais bien établi pour de nombreux chercheurs. Ainsi pour Marcel Gauchet, « les identités et les communautés [religieuses] peuvent être des vecteurs d’intégration »98 Il n’y aurait aucune antinomie entre les valeurs prônées et celles de la République. Cette logique est décrite dans l’étude de Louis Wirth : Le ghetto. Elle atteste de cette équation intégrative qui s’originerait dans la communauté religieuse, ici, la synagogue. « C’est là [que le nouvel immigrant], dit Wirth, apprend à s’orienter par rapport à son nouveau milieu. »99 D’autre part, la linguiste Julia Kristeva100 conçoit le discours religieux comme un discours suturant les crises d’identité.

Dans le cas de la diaspora haïtienne, des travaux font état de l’influence des facteurs religieux dans l’intégration à Miami, en France hexagonale et à la Martinique. En revanche, aucun des travaux consultés ne prend en compte l’hypothèse de la néo-créolisation. Pourtant, il s’agit bien de comprendre ce qui se passe sur le plan linguistique puis culturel dans cette dynamique intégrative.

Dans une étude sur la communauté haïtienne de Miami, Cédric Audebert écrit :

« que dans un environnement urbain capitaliste ne laissant que peu de place à [des] pratiques traditionnelles, les congrégations [religieuses] ont constitué des lieux où l’immigré haïtien a pu canaliser et convertir sa mysticité en spiritualité protestante. De surcroît, la simplicité du message des pasteurs le rend attractif aux yeux des immigrants issus des classes défavorisées et marginalisées de la société haïtienne, parce qu’il ne demande pas de grands efforts intellectuels pour leur donner une place au sein de l’église. »

Le géographe ajoute cette remarque d’importance à propos de ces ecclésioles dont nous parlions :

« En même temps que ces structures constituent des lieux de sauvegarde et de perpétuation de la culture haïtienne, elles ralentissent l’adoption d’un mode de vie étatsunien fondé sur la multiplication et la diversification des relations interpersonnelles. »101

Dans le cadre hexagonal, une étude menée par une sociologue étatsunienne déplore :

« que la relative indifférence de l’État français [pour] ces structures de médiations [que sont les Églises] prive les immigrants haïtiens d’un cadre d’insertion par ailleurs important dans d’autres pays. »102

Pour cette chercheuse,

« Les immigrés haïtiens arrivent en France avec des schèmes culturels forgés dans leur pays d’origine et [les] utilisent pour construire des institutions — à la fois religieuses et civiles — pour les aider à s’adapter. »103

Dans le cas de la Martinique, nous nous permettons de citer la conclusion de notre étude sur la question :

« Les Églises chrétiennes jouent ce rôle d’interface intercommunautaire, car leurs pasteurs cherchent à se conformer aux exigences légales et, pour ce faire, s’associent aux pasteurs locaux ; ils s’intéressent aux réglementations et apprennent à exercer dans le cadre républicain qui met en avant la laïcité. Ils n’échappent pas à l’idée selon laquelle : “le territoire a toujours constitué un élément fondamental, le terreau dans lequel [se forgent] les identités individuelles et collectives.”104 De là naît l’incitation que la plupart de ces pasteurs adressent aux enfants de leurs communautés : s’accrocher aux études (d’où de brillantes réussites qui suscitent la jalousie de certains autochtones) comme modalité d’intégration et de naturalisation. Ces leaders peuvent au fil du temps, grâce à leur ténacité, jouer un rôle de passeurs de culture, de facilitateurs d’intégration, et les voies dans lesquelles ils engagent leurs communautés font de celles-ci des tiers-lieux éducatifs. Cependant, l’on ne peut nier la prégnance de croyances qui, loin de faciliter le développement de l’esprit critique, aliènent. Or la puissance de l’éducation protestante (historique) c’est “[d’engendrer] un esprit de recherche critique et le droit à la contestation et à la franchise.”105 »106

En vertu de ces arguments, nous pouvons affirmer que l’intégration néo-créole, celle qui résulte de la mixité des cultures créoles, de cette « osmoticité »107, constitue le dépassement de l’attachement à sa propre culture pour composer avec la culture de l’Autre : martiniquaise, française, européenne, et surtout, l’adopter. Car il ne s’agit pas seulement de s’insérer, c’est-à-dire « d’acquérir des codes de la société d’accueil »108, mais de s’intégrer. Ce qui revient donc à exprimer « une volonté de partager le destin d’un peuple, de s’approprier son histoire. »109 Une dialectique qui rappelle l’exigence que formule Guillaume Le Blanc, à savoir qu’« une vie d’étranger […], c’est une vie de tests montés pour s’assurer de sa capacité à être un sujet réformable, corrigible. »110 Pour nos informateurs, il y a une volonté forte de la part des enfants de ces migrants de s’intégrer. Quant aux parents, le fait de s’ouvrir à d’autres créoles montre leur désir de se faire violence pour s’intégrer et intégrer leurs enfants, car « la langue porte la culture. »111 De plus, tous les travaux soulignent la volonté pour ces parents d’accompagner l’intégration de leurs enfants par la réussite scolaire, pour faire d’eux des citoyens de cette Europe… des Tropiques ; bien que leurs enfants (dans le cas guyanais) se voient accusés d’être à l’origine de la baisse de la performance scolaire des autochtones112.

Conclusion

Par définition, les identités diasporiques sont constamment en transformation et évoluent113. Pour Édouard Glissant :

« Quand la créolisation s’accomplit, les langues créoles ne tendent plus à disparaître, elles prolifèrent sur et par elles-mêmes, dans la pire condition d’usage, non productive, elles confirment avec tous, et maintiennent, leurs fulgurances, leur imprévisible, leur imprédictible. »114

« L’étude de la créolisation des faits de culture devrait comprendre deux niveaux d’investigation : d’abord celui de l’ensemble des processus selon lesquels ils se sont transformés une fois arrachés de leur contexte social d’origine, et également le déchiffrement d’un sens radicalement nouveau. »115 L’instrument principal de cette opération est la langue, dont on sait qu’elle s’origine dans une culture qu’elle véhicule. Des recherches ont montré que le créole sert à l’intégration linguistique aux États-Unis et à l’intégration sociale116. Le créole sera même adopté comme langue de transmission de la connaissance dans le cadre de l’enseignement bilingue117. Toutes ces déterminations, que le chercheur est fondé à comprendre, attestent : « que les terres créoles ont été [et sont encore] un immense pétrin où tout ce qui entr [ait] e était/est broyé et malaxé. Puis mis en ordre selon une hiérarchie inflexible. »118

Dans le contexte martiniquais, les églises — et ici les églises (ethniques) pentecôtistes, confession en pleine expansion à travers le monde — jouent un rôle de facilitatrices d’intégration et d’éducation ; un rôle qu’ont pu mettre en évidence (pas pour les mêmes raisons), sous d’autres latitudes, les recherches de G. Bibeau au Québec. En effet, ce dernier observe que le caractère syncrétique de ces cultes pentecôtistes, les réponses métissées des pasteurs visent à orienter le processus d’individualisation qui accompagne l’insertion des immigrants119. Selon nos observations, ces pasteurs sont :

des agents sociaux qui informent leurs fidèles sur des formalités à effectuer ;

des passeurs de culture qui, par l’usage des langues créoles, contribuent à une meilleure intégration de leurs concitoyens dans la société martiniquaise et favorisent les rencontres entre fidèles autochtones et autres ressortissants de la Caraïbe.

1 É. Gallibour, « Regards croisés sur les représentations de l’histoire d’Haïti et de l’identité des immigrés haïtiens de Guyane française »

2 À propos de la rumeur, l’ethnologue Ch. Bougerol écrit : « On peut affirmer en revanche que [la rumeur] s’ancre dans un champ plus vaste de

3 Ainsi l’écrivain haïtien L. Trouillot évoque les nombreuses vexations dont sont victimes ses compatriotes en Guadeloupe. Ce qui lui fait dire : « 

4 I. Reyes-Santos, « Capital neoliberal, raza, migración: analisis comparativo de relaciones domínico-haitianas y domínico-puertorriqueňas », Revue

5 Pour l’anthropologue M. Laëthier, « à l’échelle des départements français d’Amérique », les dynamiques migratoires « conditionnent l’importance de

6 E. Paul, F. Calixte, « Le rêve d’une intégration caribéenne », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 151-165.

7 Ibid., p. 154.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 F. Piantoni « Immigration et sociétés dans les Dom : récurrence et ruptures », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 5.

11 A. Appadurai, « Mondialisation, recherche, imagination », RISS, 160, juin 1999, p. 258.

12 D. Derivois, « L’inconscient de la traversée et la difficulté d’habiter en Haïti », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 124.

13 H.-Ch. Buch, « Haïti : littérature et politique », Esprit, janvier 2011, p. 9.

14 M. Leiris, Contacts de civilisations en Martinique et en Guadeloupe, Paris, Gallimard, 1955.

15 Expressions liées aux contes et autres devinettes créoles.

16 M. Goane, « Haïti mwen », Mika déchaîné, 2008, 12, p. 2.

17 Ph. Chanson, « Identité et altérité chez Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau, scripteurs visionnaires de la parole créole », Recherches haïtiano

18 A. Appadurai, Ibid.

19 É. Glissant, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard, 2009, p. 64-65.

20 Surtout qu’aux Antilles françaises, « la créolisation est/[serait] enrayée » des points de vue linguistique et culturel, affirme l’anthropologue G.

21 Fr. Grenand, « Situation sociolinguistique », Langues et cité, n3, avril 2004, p. 1-16.

22 M. Mooney, « Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris », REMI, (24) 1, 2008, p. 109.

23 G. Bibeau, « Les Églises noires de Montréal »,

http://www.erudit.org/revue/AS/2006/v30/n1/013838ar.html?vue=resume, p. 207 (consulté le 20 septembre 2011).

24 M. Laëthier, Être migrant et Haïtien en Guyane, Paris, CTHS, 2011.

25 Ibid., p. 13.

26 Ibid., p. 195.

27 Ibid., p. 141.

28 Ibid., p. 142.

29 Nous restons attentifs à ce résultat qui contredit l’étude canadienne précédemment citée. Selon les sociologues qui ont mené cette dernière : « au

30 « M. Laëthier, » Recherches et migrations en Guyane : état des lieux », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 12.

31 B. Chérubini, Interculturalité et créolisation en Guyane française, Paris, L’Harmattan/Université de la Réunion, 2002, p. 260.

32 Dans une étude sur l’intégration au Québec de jeunes nés de parents immigrés, les chercheurs concluent : « que les individus s’adaptent et se

33 Souligné par nous. Certainement, le cas guyanais rendrait difficile cette intégration du fait de la complexité des rapports entre « les Créoles et

34 Les Français, dit le sociologue A. Touraine, sont « piégés par leur moi national. » Selon le chercheur, « le Républicanisme français s’identifie à

35 L’essayiste de l’intégration et défenseure de l’assimilation, Malika Sorel, note la difficulté qu’il y a pour des diasporas de s’intégrer, car ces

36 « Repères », Le Monde, no 20558, 26 février 2011, p. 19.

37 M. — J. Jolivet, « Entre autochtones et immigrants : diversité et logique des positions créoles guyanaises », Études créoles, no 2, vol. XIII, p. 

38 Le géographe F. Piantoni relève, lui, que l’intégration sociale des migrations spontanées par les sociétés domiennes « apparaît d’autant plus

39 On y découvre chez J. Benoist le concept de créolisation (1999, p. 11, 16), (1996, p. 14) ; on y découvre chez J. Benoist et J. — L. Bonniol les

40 J. Garcia-Ruiz, « Acteurs locaux, acteurs globaux », L’Homme, 185-6, 2008, p. 395.

41 J.-P. Olivier de Sardan, « L’enquête sociologique de terrain », Études et travaux n13, LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les

42 Ces informateurs en question sont pour la plupart des Haïtiens, issus ou pas de ces ecclésioles. Avec eux, s’est établi un processus dialogique qui

43 S. Fancello, « Travailler sans affinité : l’ethnologue chez les “convertis” », Journal des anthropologues, 114-5, 2008, p. 2.

44 Ibid., p. 3.

45 Ibid., p. 5.

46 Ibid., p. 7.

47 F. Piantoni considère pour sa part qu’il y aurait « une non-gestion des processus d’intégration [des immigrés] dans les DOM ». Ibid., p. 6.

48 M. Bélaise, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : des tiers-lieux d’éducation et d’intégration ? », Études caribéennes n° 16, 2011.

49 M. Cegarra, « Vers une anthropologie de l’éducation », Spirale, n31, 2003,p. 22.

50 M. Irasque, « Martinique : le saviez-vous ? », Antilla, n1394,11-18 mars 2010, p. 9. Un tel chiffre paraît dérisoire pour certains ressortissants

51 « Les langues créoles sont traditionnellement classées par les linguistes en fonction de la langue européenne qui a fourni la majeure partie du

52 M. Payot, « Le créole guyanais menacé », L’Express (10.01.2008) : http://www.lexpress.fr/informations/le-creole-guyanais-menace_720668.html (

53 « Le créole guyanais […] diffère sensiblement des créoles des Antilles par son lexique et certaines constructions grammaticales. Une importante

54 On pourrait penser que cette construction d’une langue pancréole serait favorisée par un contexte particulier, en l’occurrence pentecôtiste, lequel

55 A. Bentolila, « Langues et problèmes d’éducation en Haïti », Langages n61, 1981, p. 119.

56 Ce qui n’est pas tellement le cas dans les Églises protestantes martiniquaises. Un ancien clerc de l’une de ces églises rapporte que l’un de ses

57 S. Demart, « Le “combat pour l’intégration” des églises issues du Réveil congolais », REMI, 2008, (24), 3, p. 155.

58 A. Corten, « Miracles en Amérique latine », Mots, juin 1998 n° 55. p. 60-73.

59 J. Garcia-Ruiz, Ibid., p. 389.

60 Ibid., p. 395.

61 G. Bibeau, « Les Églises noires de Montréal »,

http://www.erudit.org/revue/AS/2006/v30/n1/013838ar.html?vue=resume, p. 207 (consulté le 20 septembre 2011).

62 Ibid., p. 208.

63 F.-A. Luzincourt, Les enfants des migrants Haïtiens à l’école, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 58.

64 Selon nos informateurs.

65 D. Cuche, L. Kuczynski & al., Éditorial, REMI, 2009, (25), 3, p. 7.

66 A. Mary, « Actualité du paganisme », L’homme, janvier-juin 2008, p. 369.

67 Ibid., p. 397.

68 Ch. Chivallon, « Repenser le territoire », Géographie et cultures, 20, 1996.

69 G. Bibeau, Ibid., p. 208.

70 Y. Nasso, La communauté haïtienne et son intégration en Guadeloupe, mémoire de maîtrise de géographie, sous la dir. D’A. Calmont, Université des

71 A. Appadurai, Après le colonialisme, Paris, Payot, 2005, pour l’édition de poche, p. 86.

72 C. Benoît, « Origine des savoirs ou images du corps ? De la notion de chaud et de froid à une théorie des humeurs en Guadeloupe », Cahiers d’Études

73 « La créolisation est imprédictible, dans ses effets ». É. Glissant, « Creolization in the Making of the Americas », Caribbean Quaterly, vol. 54, n

74 I. Léglise, « Contacts de créoles à Mana (Guyane française) : répertoires, pratiques, attitudes et gestion du plurilinguisme », Études créoles, 1

75 Ibid., p. 17.

76 Ibid., p. 17.

77 J. Benoist, « Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation ? », http:///classqiques.uqac.ca/, p. 11. (consulté le 20 septembre 2011).

78 C.-A. Célius, « La créolisation, portée et limites d’un concept », Universalisation et différenciation des modèles culturels, Beyrouth,éd. Agence

79 L. Tibère, « Manger créole. L’alimentation dans les constructions identitaires à la Réunion », XVIIe congrès de l’AISLF, Tours juillet 2004, CR 17

80 Ibid., p. 9.

81 Ibid., p. 8.

82 C. Benoît, Corps, jardins, mémoires, Paris, CNRS éditions, 2000, p. 3

83 Cette expression est utilisée pour désigner les Antillais français du fait de l’appartenance des Départements Français d’Amérique (DFA) à la

84 M. Laëthier signale le même phénomène de voyage religieux en Haïti, organisé par un des Ougans haïtiens officiant en Guyane : « Chaque année

85 Ch. Chivallon, L’homme, 161/2002, p. 55.

86 Ch. Chivallon, « La diaspora antillaise au Royaume-Uni et le religieux », L’espace géographique, 2000, n° 4, p. 327.

87 Ibid.

88 Selon J. Benoist (1999, p. 16), « les sociétés créoles ont toujours su « métaboliser leurs héritages pour en faire une substance nouvelle qui leur

89 G. le Blanc, « Vivre comme un étranger », Esprit, octobre 2010.

90 A. — M. d’Ans, « Quelques interrogations sur l’identité créole. Repères théoriques et exemples haïtiens », Études créoles, vol. IX, no 2, 1986, p. 

91 S. Fancello, « Akanité et pentecôtisme : identité ethno-nationale et religion globale », Autrepart (38), 2006, p. 81.

92 A. Appadurai, Après le colonialisme, p. 85.

93 M. Gauchet (entretien avec) Fe/Appel-Magazine, no 460, 2006, p. 52.

94 Ibid.

95 F. Leconte, « Familles africaines en France, entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier », Langage et société, no 98

96 H. Lagrange, « Crise de l’intégration : comment prendre en compte le facteur culturel », Esprit, août-septembre 2010, p. 35.

97 M. — J. Jolivet, « Entre autochtones et immigrants : diversité et logique des positions créoles guyanaises », Études créoles, no 2, vol. XIII, p. 

98 M. Gauchet (entretien avec) Fe/Appel-Magazine, no 460, 2006, p. 51

99 L. Wirth, Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1980, p. 215.

100 J. Kristeva, « Le sujet en procès : le langage poétique », L’identité, Cl. Lévi-Strauss (éd.), Paris, PUF, 2007, p. 248.

101 C. Audebert, « Le fait religieux dans l’insertion et l’organisation spatiale de la communauté haïtienne de Miami », Géographie et cultures, 43

102 M. Mooney, ‘Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris’, REMI (24), 1, 2008, p. 90.

103 Ibid., p. 105.

104 M. Manale, « Vers un nouvel horizon indépassable ? Identités et territoires au XXIe siècle », L’Homme et la société, no 165-166, juillet-décembre

105 G. Smith, Éduquer les enfants/une vision protestante de l’école, Québec, Les éditions du sommet, 1998, p. 43.

106 M. Bélaise, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : Des tiers-lieux d’éducation et d’intégration? », Études Caribéennes, 16, mai

107 R. Chaudenson, « Créolisation linguistique, créolisation culturelle », Études créoles, 1989, n1,vol. 12, p. 68.

108 M. Sorel, « Penser l’intégration », Le débat, n151, Septembre 2008, p. 183.

109 Ibid.

110 G. le Blanc, « Vivre comme un étranger », Esprit, octobre 2010.

111 É. Dorismond, « Le créole haïtien dans le devenir monde de la « mondialisation » «, Études créoles, n° 1 et 2, 2010, p. 190.

112 Cette stigmatisation est relevée par I. Hidair, « L’immigration étrangère en Guyane : entre stigmatisation et stratégie de récupération »,http://

113 M. Perina, « Ongoing Diaspora: the case of the French Caribbean », REMI, (22) 1, 2006, p. 43.

114 É. Glissant, Ibid., p. 66.

115 C. Benoît, Ibid., p. 876.

116 S. Melyon-Reinette parle dans sa thèse de ce qu’elle appelle : « La transition du créole vers l’anglais. » Elle cite la journaliste du New York

117 S. Melyon-Reinette, Ibid., p. 291 et 300.

118 J. Benoist, « Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation ? », http://classiques.uqac.ca/ (consulté le 20 septembre 2011).

119 Ibid., p. 207.

Appadurai, Arjun, 1999, « Mondialisation, recherche, imagination », RISS, 160, juin, p. 257-267.

Appadurai, Arjun, 2005, Après le colonialisme, Paris, Payot pour l’édition de poche.

Audebert, Cédric, 2002, « Le fait religieux dans l’insertion et l’organisation spatiale de la communauté haïtienne de Miami », Géographie et cultures, n43, p. 107-127.

Bélaise, Max, 2011, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : Des tiers-lieux d’éducation et d’intégration? », Études Caribéennes n 16.

Benoist, Jean, 1996, « Métissage, syncrétisme, créolisation : métaphores et dérives », Études créoles, vol. XIX, no 1, p. 47-60.

Benoist, Jean, 1999, ‘Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation ?’, in S. Abou & K. Haddad (éds). Universalisation et différenciation des modèles culturels, Beyrouth, AUPELF-UREF/Université St Joseph, 364 p.

Benoist, Jean & Bonniol, Jean-Luc, 1997, « La diversité dans l’unité : la gestion pragmatique du pluralisme dans les sociétés créoles », in S. Abou & K. Haddad (éds). La diversité linguistique et culturelle et les enjeux du développement, Beyrouth, AUPELF-UREF/Université St Joseph, 413 p.

Benoît, Catherine, 2000, Corps, jardins, mémoires, Paris, CNRS éditions.

Benoît, Catherine, 1997, « Origine des savoirs ou images du corps ? De la notion de chaud et de froid à une théorie des humeurs en Guadeloupe », Cahiers d’Études Africaines, vol. 37, Cahiers 148, La Caraïbe : Des îles au continent, p. 863-890.

Bentolila, Alain, 1981, « Langues et problèmes d’éducation en Haïti », Langages, n61, p. 117-127.

Blanc, Guillaume le, 2010, « Vivre comme un étranger », Esprit, octobre.

Bonniol, Jean-Luc, 2006, « Situations créoles, entre culture et identité », in Carlo A. Célius (éd.). Situations créoles. Pratiques et représentations, Québec, Éditions Nota bene, 307.

Bougerol, Christiane, 2010, « Une rumeur à la Guadeloupe/De certaines pratiques supposées des Haïtiens », Terrain, no 54, p. 131-139.

Buch, Hans-Christoph, 2011, « Haïti : littérature et politique », Esprit, janvier p. 7-17.

Cegarra, Marie, 2005, « Vers une anthropologie de l’éducation », Spirale, n31 , 2003, p. 20-25.

Célius, Carlo Avierl, 1999, « La créolisation, portée et limites d’un concept », Universalisation et différenciation des modèles culturels, Beyrouth, Éd. Agence universitaire de la Francophonie, Université Saint-Joseph, p. 49-95.

Chanson, Philippe, 2005, « Identité et altérité chez Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau, scripteurs visionnaires de la parole créole », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, p. 65-89.

Chaudenson, Robert, 1989, « Créolisation linguistique, créolisation culturelle », Études créoles, no 1, vol. 12, p. 53-73.

Chérubini, Bernard, 2002, Interculturalité et créolisation en Guyane française. Paris, L’Harmattan/Université de la Réunion.

Chivallon, Christine, 1996, « Repenser le territoire », Géographie et cultures, 20, p. 45-54.

Chivallon, Christine, 2000, « La diaspora antillaise au Royaume-Uni et le religieux », L’espace géographique, n° 4, p. 315-327.

Chivallon, Christine, 2002, « La diaspora noire des Amériques », L’homme, 161, p. 51-74.

Corten, André, 1998, « Miracles en Amérique latine », Mots, juin, n° 55. p. 60-73.

Cuche, Denys, Liliane Kuczynski & al, 2009, Éditorial, REMI, (25), 3, p. 7-12.

D’Ans, André-Marcel, 1986, « Quelques interrogations sur l’identité créole. Repères théoriques et exemples haïtiens », Études créoles, vol. IX, no 2, p. 92-111.

Demart, Sarah 2008, « Le “combat pour l’intégration” des églises issues du Réveil congolais », REMI, (24), 3, p. 147-165.

Derivois, Daniel, 2005, « L’inconscient de la traversée et la difficulté d’habiter en Haïti », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, p. 115-128.

Dorismond, Édelyn, 2010, « Le créole haïtien dans le devenir monde de la “mondialisation” », Études créoles, n1 et 2.

Dubleumortier, Nathalie, 1997, Glossolalie/Discours de la croyance dans un culte pentecôtiste, Paris, L’Harmattan.

Fancello, Sandra, 2006, « Akanité et pentecôtisme : identité ethno-nationale et religion globale », Autrepart, (38), p. 80-98.

Fancello, Sandra, 2008, « Travailler sans affinité : l’ethnologue chez les « convertis » «, Journal des anthropologues, (114-5), p. 2-14.

Gallibour, Éric, 2005, « Regards croisés sur les représentations de l’histoire d’Haïti et de l’identité des immigrés haïtiens de Guyane française », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, p. 43-64.

Garcia-Ruiz, Jesus, 2008, ‘Acteurs locaux, acteurs globaux’, L’Homme, 185-6, p. 387–400.

Gauchet, Marcel, 2006, (Entretien avec) Fe/Apel-Magazine, no 460, p. 51.

Gauchet, Marcel, 2011, (Entretien avec), Le Point, 13 janvier, p. 64.

Glissant, Édouard, 2008, « Creolization in the Making of the Americas », Caribbean Quaterly, vol. 54 , n° 1 & 2, march-june, p. 81-89.

Glissant, Édouard, 2009, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard.

Goane, Mira, 2008, « Haïti mwen », Mika déchaîné, 12, p. 2.

Goury, Laurence, 2004, « Présences créoles en Guyane », Langues et cité, no 3, avril, p. 5.

Grenand, Françoise, 2004, « Situation sociolinguistique », Langues et cité, no 3, avril, p. 1-16.

Irasque, Mike, 2010, « Martinique : le saviez-vous ? », Antilla, n1394, 11-18 mars, p. 9.

Jolivet, Marie-José, 1990, « Entre autochtones et immigrants : diversité et logique des positions créoles guyanaises », Études créoles, no 2, vol. XIII, p. 11-30.

Kilani, Mondher, 1994, « Du terrain au texte », Communications, no 58, p. 45-60.

Kristeva, Julia, 2007, « Le sujet en procès : le langage poétique », L’identité, Cl. Lévi-Strauss (éd.), Paris, PUF.

Laëthier, Maud, 2007, « Recherches et migrations en Guyane : état des lieux », Accueillir, Revue du SSAé, n° 244, Paris, p. 11-13.

Laëthier, Maud, 2011, Être migrant et Haïtien en Guyane, Paris, CTHS.

Lagrange, Hugues, « Crise de l’intégration : comment prendre en compte le facteur culturel », Esprit, août-septembre 2010, p. 32-47.

Laplantine, François, 2003, « Penser anthropologiquement la religion », Anthropologie et Sociétés, vol. 27, n° 1, 11-33.

Leconte, Fabienne, 2001, « Familles africaines en France entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier », Langage et société, no 98, décembre.

Léglise, Isabelle, 2005, « Contacts de créoles à Mana (Guyane française) : répertoires, pratiques, attitudes et gestion du plurilinguisme », Études créoles, 1, XXVIII, p. 23-57.

L’Étang, Gerry (entretien avec), Le Club Magazine, juillet-août 2007, p. 11.

Luzincourt, Fradelais Adrien, 2007, Les enfants des migrants haïtiens à l’école, Paris, L’Harmattan.

Leiris, Michel, 1955, Contacts de civilisations en Martinique et en Guadeloupe, Paris, Gallimard.

Mary, André, 2000, « L’anthropologie au risque des religions mondiales », Anthropologie et Sociétés, vol. 24, n° 1, 117-135.

Mary, André, 2008, « Actualité du paganisme », L’Homme, janvier-juin, p. 369.

Melyon-Reinette, Stéphanie, 2008-9, De la diaspora à la communauté haïtiano-américaine : modèle d’une réussite ? Thèse de doctorat, Lionel Davidas (dir.), Université des Antilles et de la Guyane, vol II.

Mooney, Margarita, 2008, ‘Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris’, REMI, (24) 1.

Nasso, Yannis, 2004, La communauté haïtienne et son intégration en Guadeloupe, mémoire de maîtrise de géographie, André Calmont (dir.), Université des Antilles Guyane.

Paul, Ensie & Fritz, Calixte, 2005, « Le rêve d’une intégration caribéenne », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, p. 151-165.

Perina, Mikaella, 2006, « Ongoing Diaspora: the case of the French Caribbean », REMI, (22) 1.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, 2003, « L’enquête sociologique de terrain », Études et travaux n13, LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local), p. 5.

Piantoni, Frédéric, 2007, « Immigration et sociétés dans les Dom : récurrence et ruptures », Accueillir, Revue du SSAé, n° 244, Paris, p. 3-6.

Repères, 2011, Le Monde, no 20558, 26 février, p. 19.

Reyes-Santos, Irmary, 2008, ‘Capital neoliberal, raza, migración: analisis comparativo de relaciones domínico-haitianas y domínco-puertorriqueňas’, Revue Européenne des migrations Internationales, (24), 1, p. 13–34.

Sorel, Malika, 2008, « Penser l’intégration », Le débat, n151, Septembre.

Sorel, Malika, 2011, ‘Intégration : le devoir de vérité’, Le débat, no 116, p. 71–78.

Touraine, Alain, 2005, « Les Français piégés par leur moi national », Le Monde, 8 novembre, p. 37.

Trouillot, Lyonel, 2006, « Les Haïtiens, toujours traités comme des chiens », France-Antilles, n11819, 10-11 juin, p. 23.

Valleray, Joël, 2001, Stridences d’un insecte parmi les saints, Schœlcher, compte d’auteur.

Wirth, Louis, 1980, Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble.

Sources électroniques

Benoîst, Jean, « Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation », http://classiques.uqac.ca/ (consulté le 20 septembre 2011).

Bibeau, Gilles, « Les Églises noires de Montréal »,

http://www.erudit.org/revue/AS/2006/v30/n1/013838ar.html?vue=resume, p. 207 (consulté le 20 septembre 2011).

Hidair, Isabelle, « L’immigration étrangère en Guyane : entre stigmatisation et stratégie de récupération », REVUE Asylon(s), n° 4, mai 2008, Institutionnalisation de la xénophobie en France, http://www.reseau-terra.eu/article742.html (consulté le 18 janvier 2012).

Mimeault, Isabelle, LeGall Josiane & Simard Myriam, « Identités des jeunes régionaux de parents immigrés au Québec : métissage et ouverture sur le monde » Simard, Cahiers de recherche sociologique, n 36, 2002, p. 185-215, http://id.erudit.org/iderudit/1002269ar (consulté le 19 janvier 2012).

Payot, Marianne, « Le créole guyanais menacé », L’Express (10.01.2008) http://www.lexpress.fr/informations/le-creole-guyanais-menace_720668.html (consulté le 29 septembre 2011).

Sorel, Malika, ‘Sur l’intégration, la France fait trop de concessions’, http://blog.sami-aldeeb.com/2011/04/21/malika-sorel-sur-lintegration-la-france-fait-trop-de-concessions/ (consulté le 23 novembre 2011).

Tibère, Laurence, « Manger créole. L’alimentation dans les constructions identitaires à la Réunion ». XVIIe congrès de l’AISLF, Tours juillet 2004, CR 17, « Sociologie et anthropologie de l’alimentation », http://www.lemangeur-ocha.com/ (Consulté le 19 janvier 2012).

1 É. Gallibour, « Regards croisés sur les représentations de l’histoire d’Haïti et de l’identité des immigrés haïtiens de Guyane française », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 56.

2 À propos de la rumeur, l’ethnologue Ch. Bougerol écrit : « On peut affirmer en revanche que [la rumeur] s’ancre dans un champ plus vaste de dénigrement social des Haïtiens. […] Relayer une rumeur, c’est privilégier l’acte de parole le plus économique pour mépriser et stigmatiser un groupe. Surtout lorsque l’on craint d’éventuelles représailles d’un membre de la communauté dénigrée — la vengeance redoutée s’exprimant dans le registre de la sorcellerie, puisque dans ce domaine les Haïtiens ont la réputation d’être bien plus forts et savants que leurs pourfendeurs [guadeloupéens] », « Une rumeur à la Guadeloupe. De certaines pratiques supposées des Haïtiens », Terrain, no 54, 2010, p. 138.

3 Ainsi l’écrivain haïtien L. Trouillot évoque les nombreuses vexations dont sont victimes ses compatriotes en Guadeloupe. Ce qui lui fait dire : « Quand on passe la douane au pays de Guy Tirolien, si l’on veut être traité comme un être humain, mieux vaut ne pas être Haïtien », France-Antilles, n11819, 10-11 juin 2006, p. 23.

4 I. Reyes-Santos, « Capital neoliberal, raza, migración: analisis comparativo de relaciones domínico-haitianas y domínico-puertorriqueňas », Revue européenne des migrations internationales, 2008, (24), 1, p. 20.

5 Pour l’anthropologue M. Laëthier, « à l’échelle des départements français d’Amérique », les dynamiques migratoires « conditionnent l’importance de la question identitaire », « Recherches et migrations en Guyane : état des lieux », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 11.

6 E. Paul, F. Calixte, « Le rêve d’une intégration caribéenne », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 151-165.

7 Ibid., p. 154.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 F. Piantoni « Immigration et sociétés dans les Dom : récurrence et ruptures », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 5.

11 A. Appadurai, « Mondialisation, recherche, imagination », RISS, 160, juin 1999, p. 258.

12 D. Derivois, « L’inconscient de la traversée et la difficulté d’habiter en Haïti », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 124.

13 H.-Ch. Buch, « Haïti : littérature et politique », Esprit, janvier 2011, p. 9.

14 M. Leiris, Contacts de civilisations en Martinique et en Guadeloupe, Paris, Gallimard, 1955.

15 Expressions liées aux contes et autres devinettes créoles.

16 M. Goane, « Haïti mwen », Mika déchaîné, 2008, 12, p. 2.

17 Ph. Chanson, « Identité et altérité chez Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau, scripteurs visionnaires de la parole créole », Recherches haïtiano-antillaises, no 3, 2005, p. 74.

18 A. Appadurai, Ibid.

19 É. Glissant, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard, 2009, p. 64-65.

20 Surtout qu’aux Antilles françaises, « la créolisation est/[serait] enrayée » des points de vue linguistique et culturel, affirme l’anthropologue G. L’Étang, Le Club Magazine, juillet-août 2007, p. 11.

21 Fr. Grenand, « Situation sociolinguistique », Langues et cité, n3, avril 2004, p. 1-16.

22 M. Mooney, « Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris », REMI, (24) 1, 2008, p. 109.

23 G. Bibeau, « Les Églises noires de Montréal »,

http://www.erudit.org/revue/AS/2006/v30/n1/013838ar.html?vue=resume, p. 207 (consulté le 20 septembre 2011).

24 M. Laëthier, Être migrant et Haïtien en Guyane, Paris, CTHS, 2011.

25 Ibid., p. 13.

26 Ibid., p. 195.

27 Ibid., p. 141.

28 Ibid., p. 142.

29 Nous restons attentifs à ce résultat qui contredit l’étude canadienne précédemment citée. Selon les sociologues qui ont mené cette dernière : « au lieu d’abandonner une culture au profit de l’autre, nos répondants combinent des attributs dits culturels, le plus souvent encore associés à des origines distinctes. Ils développent le sentiment de posséder une culture un peu différente des autres, “d’en faire une pour eux”, tout en distinguant clairement leurs expériences de celles de leurs parents et du groupe majoritaire. Le résultat de cet amalgame n’équivaut pas à une biculturalité. Pour décrire leur propre situation, les jeunes mettent de l’avant plusieurs termes : mixte, multiculturel, mélange, hybride. » I. Mimeault, J. LeGall et M. Simard, « Identités des jeunes régionaux de parents immigrés au Québec : métissage et ouverture sur le monde », Cahiers de recherche sociologique, n° 36, 2002, p. 197, http://id.erudit.org/iderudit/1002269ar/ (consulté le 19 janvier 2012).

30 « M. Laëthier, » Recherches et migrations en Guyane : état des lieux », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 12.

31 B. Chérubini, Interculturalité et créolisation en Guyane française, Paris, L’Harmattan/Université de la Réunion, 2002, p. 260.

32 Dans une étude sur l’intégration au Québec de jeunes nés de parents immigrés, les chercheurs concluent : « que les individus s’adaptent et se transforment selon les contextes dans lesquels ils vivent, et finissent souvent par ressembler davantage aux habitants de leur pays de résidence qu’aux autres membres du même groupe établis ailleurs. » I. Mimeault, J. LeGall & M. Simard, « Identités des jeunes régionaux de parents immigrés au Québec : métissage et ouverture sur le monde », Cahiers de recherche sociologique, n° 36, 2002, p. 196, http://id.erudit.org/iderudit/1002269ar/ (consulté le 19 janvier 2012).

33 Souligné par nous. Certainement, le cas guyanais rendrait difficile cette intégration du fait de la complexité des rapports entre « les Créoles et les autres populations en présence sur le sol guyanais », selon M.-J. Jolivet (M. Laëthier, op. cit., p. 6).

34 Les Français, dit le sociologue A. Touraine, sont « piégés par leur moi national. » Selon le chercheur, « le Républicanisme français s’identifie à l’universalisme, ce qui entraîne le plus souvent le rejet ou l’infériorisation de ceux qui sont “différents”. Ces obstacles à l’intégration ont des causes profondes », Le Monde, 8 novembre 2005, p. 37.

35 L’essayiste de l’intégration et défenseure de l’assimilation, Malika Sorel, note la difficulté qu’il y a pour des diasporas de s’intégrer, car ces peuples (diasporiques) « gardent un sentiment d’unité malgré l’éclatement géographique. » En outre, ce membre du Haut Conseil à l’Intégration définit l’intégration comme « un changement d’identité », « Intégration : le devoir de vérité », Le débat, 2011/4, no 116, p. 73, 76. Par ailleurs, pour M. Sorel : « L’intégration, c’est plus profond : c’est le fait de se sentir concerné par une communauté de destin avec les Français. Cela se traduit, concrètement, par la transmission à ses propres descendants des fondamentaux qui composent le noyau identitaire français, ce que l’on nomme le legs ancestral. C’est un long processus qui, lorsqu’il réussit, aboutit à l’assimilation, concept qui a été victime d’un procès en sorcellerie tout à fait injustifié ! », « Sur l’intégration, la France fait trop de concessions », http://blog.sami-aldeeb.com/2011/04/21/malika-sorel-sur-lintegration-la-france-fait-trop-de-concessions/ (consulté le 23 novembre 2011).

36 « Repères », Le Monde, no 20558, 26 février 2011, p. 19.

37 M. — J. Jolivet, « Entre autochtones et immigrants : diversité et logique des positions créoles guyanaises », Études créoles, no 2, vol. XIII, p. 11. La chercheuse écrit : « Retrouvant là son rapport étroit à l’assimilation […], la créolisation, en tant que dynamique d’intégration, impliquait que le migrant ne tournât pas le dos au modèle occidental dont il devait au moins partager (ou adopter) le fondement individualiste. En ce sens, la dynamique de créolisation ne fut jamais qu’une dynamique d’assimilation recentrée » (ibid., p. 19).

38 Le géographe F. Piantoni relève, lui, que l’intégration sociale des migrations spontanées par les sociétés domiennes « apparaît d’autant plus problématique qu’elles sont porteuses de cultures détachées de l’idéologie de l’assimilation. », « Immigration et sociétés dans les Dom : récurrence et ruptures », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 6.

39 On y découvre chez J. Benoist le concept de créolisation (1999, p. 11, 16), (1996, p. 14) ; on y découvre chez J. Benoist et J. — L. Bonniol les concepts de créolisation (1997, p. 10-11), d’intégration (1997, p. 13), d’assimilation (1997, p. 21) ; on y découvre chez J.-L Bonniol le concept de créolisation (2006, p. 12) ; on y découvre chez M.-J. Jolivet les concepts de créolisation (1990, p. 17, 29), de néo-créolisation (1997, p. 837/2010, p. 610), d’assimilation (1997, p. 11, 16, 19, 20, 28…), d’intégration (1990, p. 18), de dynamique d’intégration (1990, p. 19).

40 J. Garcia-Ruiz, « Acteurs locaux, acteurs globaux », L’Homme, 185-6, 2008, p. 395.

41 J.-P. Olivier de Sardan, « L’enquête sociologique de terrain », Études et travaux n13, LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local), p. 5.

42 Ces informateurs en question sont pour la plupart des Haïtiens, issus ou pas de ces ecclésioles. Avec eux, s’est établi un processus dialogique qui éclaire le propos de nature anthropologique (M. Kilani, 1994 : 48).

43 S. Fancello, « Travailler sans affinité : l’ethnologue chez les “convertis” », Journal des anthropologues, 114-5, 2008, p. 2.

44 Ibid., p. 3.

45 Ibid., p. 5.

46 Ibid., p. 7.

47 F. Piantoni considère pour sa part qu’il y aurait « une non-gestion des processus d’intégration [des immigrés] dans les DOM ». Ibid., p. 6.

48 M. Bélaise, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : des tiers-lieux d’éducation et d’intégration ? », Études caribéennes n° 16, 2011.

49 M. Cegarra, « Vers une anthropologie de l’éducation », Spirale, n31, 2003, p. 22.

50 M. Irasque, « Martinique : le saviez-vous ? », Antilla, n1394, 11-18 mars 2010, p. 9. Un tel chiffre paraît dérisoire pour certains ressortissants haïtiens, qui estiment à plus de 5 000 le nombre de leurs compatriotes en Martinique.

51 « Les langues créoles sont traditionnellement classées par les linguistes en fonction de la langue européenne qui a fourni la majeure partie du vocabulaire au moment de leur formation », rappelle L. Goury, « Présences créoles en Guyane », Langues et cité n3, avril 2004, p. 5.

52 M. Payot, « Le créole guyanais menacé », L’Express (10.01.2008) : http://www.lexpress.fr/informations/le-creole-guyanais-menace_720668.html (consulté le 29 septembre 2011).

53 « Le créole guyanais […] diffère sensiblement des créoles des Antilles par son lexique et certaines constructions grammaticales. Une importante immigration originaire de Sainte-Lucie, venue en Guyane lors de la ruée vers l’or dès 1850, a contribué à en modifier sensiblement les structures dans certaines zones (à Saint-Laurent, par exemple). » L. Goury, Ibid., p. 5.

54 On pourrait penser que cette construction d’une langue pancréole serait favorisée par un contexte particulier, en l’occurrence pentecôtiste, lequel entretient avec la langue un rapport singulier : la glossolalie. Nous récusons une telle hypothèse, car dans ces communautés, il n’existe pas de dogme sur le parler en langue. Nos recherches nous conduisent à « investiguer » régulièrement dans ces églises et nous n’avons jamais été témoins de ce phénomène langagier que décrit dans d’autres contextes la linguiste Nathalie Dubleumortier (entre autres) dans son essai éponyme.

55 A. Bentolila, « Langues et problèmes d’éducation en Haïti », Langages n61, 1981, p. 119.

56 Ce qui n’est pas tellement le cas dans les Églises protestantes martiniquaises. Un ancien clerc de l’une de ces églises rapporte que l’un de ses confrères répondit à une de ses paroissiennes : « [que] parler créole au temple est une offense à l’Éternel. » J. Valleray, Stridences d’un insecte parmi les saints, ouvrage publié à compte d’auteur, 2001, p. 51. Serait-ce les effets du passé esclavagiste ? Car pour A. Bentolila, « en Haïti, le créole n’est pas entaché du signe de la servitude, car la lutte pour l’indépendance lui a donné une signification nationale comme langue d’un peuple qui s’est affranchi les armes à la main. » Ibid.

57 S. Demart, « Le “combat pour l’intégration” des églises issues du Réveil congolais », REMI, 2008, (24), 3, p. 155.

58 A. Corten, « Miracles en Amérique latine », Mots, juin 1998 n° 55. p. 60-73.

59 J. Garcia-Ruiz, Ibid., p. 389.

60 Ibid., p. 395.

61 G. Bibeau, « Les Églises noires de Montréal »,

http://www.erudit.org/revue/AS/2006/v30/n1/013838ar.html?vue=resume, p. 207 (consulté le 20 septembre 2011).

62 Ibid., p. 208.

63 F.-A. Luzincourt, Les enfants des migrants Haïtiens à l’école, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 58.

64 Selon nos informateurs.

65 D. Cuche, L. Kuczynski & al., Éditorial, REMI, 2009, (25), 3, p. 7.

66 A. Mary, « Actualité du paganisme », L’homme, janvier-juin 2008, p. 369.

67 Ibid., p. 397.

68 Ch. Chivallon, « Repenser le territoire », Géographie et cultures, 20, 1996.

69 G. Bibeau, Ibid., p. 208.

70 Y. Nasso, La communauté haïtienne et son intégration en Guadeloupe, mémoire de maîtrise de géographie, sous la dir. D’A. Calmont, Université des Antilles Guyane, 2004, p. 113.

71 A. Appadurai, Après le colonialisme, Paris, Payot, 2005, pour l’édition de poche, p. 86.

72 C. Benoît, « Origine des savoirs ou images du corps ? De la notion de chaud et de froid à une théorie des humeurs en Guadeloupe », Cahiers d’Études Africaines, vol. 37, Cahier 148, La Caraïbe : Des îles au continent, 1997, p. 874.

73 « La créolisation est imprédictible, dans ses effets ». É. Glissant, « Creolization in the Making of the Americas », Caribbean Quaterly, vol. 54, n° 1 & 2, march-june 2008, p. 83.

74 I. Léglise, « Contacts de créoles à Mana (Guyane française) : répertoires, pratiques, attitudes et gestion du plurilinguisme », Études créoles, 1, XXVIII, 2005, p. 13.

75 Ibid., p. 17.

76 Ibid., p. 17.

77 J. Benoist, « Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation ? », http:///classqiques.uqac.ca/, p. 11. (consulté le 20 septembre 2011).

78 C.-A. Célius, « La créolisation, portée et limites d’un concept », Universalisation et différenciation des modèles culturels, Beyrouth, éd. Agence universitaire de la Francophonie, Université Saint-Joseph, 1999, p. 75.

79 L. Tibère, « Manger créole. L’alimentation dans les constructions identitaires à la Réunion », XVIIe congrès de l’AISLF, Tours juillet 2004, CR 17, « Sociologie et anthropologie de l’alimentation », http://www.lemangeur-ocha.com/ (consulté le 19 janvier 2012).

80 Ibid., p. 9.

81 Ibid., p. 8.

82 C. Benoît, Corps, jardins, mémoires, Paris, CNRS éditions, 2000, p. 3

83 Cette expression est utilisée pour désigner les Antillais français du fait de l’appartenance des Départements Français d’Amérique (DFA) à la communauté européenne. En effet, la Martinique tout comme la Guadeloupe est une Région Ultrapériphérique de l’Europe ou RUP. Cette intégration s’est effectuée dès 1999 à travers le Traité de Maastricht (F. Piantoni, « Immigration et sociétés dans les Dom : récurrence et ruptures », Accueillir, Revue du SSAé, 2007, n° 244, Paris, p. 5).

84 M. Laëthier signale le même phénomène de voyage religieux en Haïti, organisé par un des Ougans haïtiens officiant en Guyane : « Chaque année, depuis plus de dix ans, Wilner emmène en Haïti, dans le cadre d’un pèlerinage, sa famille créole, les Créoles qu’il “initie”, certains des autres consultants guyanais, martiniquais et haïtiens », Être migrant et Haïtien en Guyane, Paris, CTHS, 2011, p. 252.

85 Ch. Chivallon, L’homme, 161/2002, p. 55.

86 Ch. Chivallon, « La diaspora antillaise au Royaume-Uni et le religieux », L’espace géographique, 2000, n° 4, p. 327.

87 Ibid.

88 Selon J. Benoist (1999, p. 16), « les sociétés créoles ont toujours su « métaboliser leurs héritages pour en faire une substance nouvelle qui leur soit propre » « . Une logique à la base de la créolisation qui, selon lui, « relève de leurs capacités d’assimilation et de construction » (ibid.). De plus, J.-L. Bonniol (2006, p. 12) rappelle : « que la créolisation ne peut être analysée que dans les contextes particuliers à l’intérieur desquels elle s’est développée. » La re-créolisation procède de ce processus en créolisant, de nouveau, des créolophones.

89 G. le Blanc, « Vivre comme un étranger », Esprit, octobre 2010.

90 A. — M. d’Ans, « Quelques interrogations sur l’identité créole. Repères théoriques et exemples haïtiens », Études créoles, vol. IX, no 2, 1986, p. 108.

91 S. Fancello, « Akanité et pentecôtisme : identité ethno-nationale et religion globale », Autrepart (38), 2006, p. 81.

92 A. Appadurai, Après le colonialisme, p. 85.

93 M. Gauchet (entretien avec) Fe/Appel-Magazine, no 460, 2006, p. 52.

94 Ibid.

95 F. Leconte, « Familles africaines en France, entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier », Langage et société, no 98, décembre 2001.

96 H. Lagrange, « Crise de l’intégration : comment prendre en compte le facteur culturel », Esprit, août-septembre 2010, p. 35.

97 M. — J. Jolivet, « Entre autochtones et immigrants : diversité et logique des positions créoles guyanaises », Études créoles, no 2, vol. XIII, p. 19. 

98 M. Gauchet (entretien avec) Fe/Appel-Magazine, no 460, 2006, p. 51

99 L. Wirth, Le ghetto, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1980, p. 215.

100 J. Kristeva, « Le sujet en procès : le langage poétique », L’identité, Cl. Lévi-Strauss (éd.), Paris, PUF, 2007, p. 248.

101 C. Audebert, « Le fait religieux dans l’insertion et l’organisation spatiale de la communauté haïtienne de Miami », Géographie et cultures, 43, 2002, p. 115-116.

102 M. Mooney, ‘Structures de médiation et d’intégration des immigrants haïtiens à Paris’, REMI (24), 1, 2008, p. 90.

103 Ibid., p. 105.

104 M. Manale, « Vers un nouvel horizon indépassable ? Identités et territoires au XXIe siècle », L’Homme et la société, no 165-166, juillet-décembre 2007, p. 12.

105 G. Smith, Éduquer les enfants/une vision protestante de l’école, Québec, Les éditions du sommet, 1998, p. 43.

106 M. Bélaise, « Les églises protestantes haïtiennes de Martinique : Des tiers-lieux d’éducation et d’intégration? », Études Caribéennes, 16, mai 2011.

107 R. Chaudenson, « Créolisation linguistique, créolisation culturelle », Études créoles, 1989, n1, vol. 12, p. 68.

108 M. Sorel, « Penser l’intégration », Le débat, n151, Septembre 2008, p. 183.

109 Ibid.

110 G. le Blanc, « Vivre comme un étranger », Esprit, octobre 2010.

111 É. Dorismond, « Le créole haïtien dans le devenir monde de la « mondialisation » «, Études créoles, n° 1 et 2, 2010, p. 190.

112 Cette stigmatisation est relevée par I. Hidair, « L’immigration étrangère en Guyane : entre stigmatisation et stratégie de récupération », http://www.reseau-terra.eu/article742.html (consulté le 17 janvier 2012).

113 M. Perina, « Ongoing Diaspora: the case of the French Caribbean », REMI, (22) 1, 2006, p. 43.

114 É. Glissant, Ibid., p. 66.

115 C. Benoît, Ibid., p. 876.

116 S. Melyon-Reinette parle dans sa thèse de ce qu’elle appelle : « La transition du créole vers l’anglais. » Elle cite la journaliste du New York Times, K. Telsch : « Les adultes haïtiens illettrés vivant à New York apprendront à lire et écrire dans la seule langue qu’ils comprennent vraiment, le créole, dans le cadre d’une expérience menée avec l’assistance de la Fondation Ford. Dans quelques mois, quand ils auront un niveau de lettrisme dans leur créole haïtien — une langue basée sur le français avec un mélange des langues espagnole et africaine —, ils apprendront à lire et à écrire en anglais. » S. Melyon-Reinette, De la diaspora à la communauté haïtiano-américaine : modèle d’une réussite ?, thèse de doctorat, L. Davidas (dir.), 2008-9, vol II, p. 326.

117 S. Melyon-Reinette, Ibid., p. 291 et 300.

118 J. Benoist, « Les mondes créoles comme paradigme de la mondialisation ? », http://classiques.uqac.ca/ (consulté le 20 septembre 2011).

119 Ibid., p. 207.

Tableau 1 : Chants en créoles guyanais et haïtien

Tableau 1 : Chants en créoles guyanais et haïtien

Tableau 2 : Expressions néo-créoles en usage dans ces églises

Tableau 2 : Expressions néo-créoles en usage dans ces églises

Tableau 3 : Néo-créolisation culturelle (réponses d’une informatrice)

Tableau 3 : Néo-créolisation culturelle (réponses d’une informatrice)

licence CC BY-NC 4.0