6 | 2018Discriminations multiples et croisées

Numéro coordonné par Gilbert Elbaz

La thématique des discriminations peut être abordée à partir de nombreux angles, raison pour laquelle le cadre intersectionnel est particulièrement adapté à son analyse. Dans ce numéro d’Archipélies, qui s’adresse tant aux spécialistes qu’au grand public, les cinq parties qui le constituent représentent chacune un angle d’attaque différent.

La première partie est théorique et définit le concept de discrimination, et les multiples facteurs qui peuvent y contribuer. C’est un concept mobile puisque le discriminé peut rapidement se convertir en discriminant, ou plus diaboliquement encore, jouer les deux rôles concomitamment sans ressentir, tel un sociopathe, de scrupule. C’est aussi un concept politique puisqu’il exclut la posture victimaire pour y faire prévaloir celle de l’analyste érudit de la société, de sa dynamique de pouvoir qu’il ambitionne de pulvériser.

La deuxième partie souligne l’omniprésence historique des discriminations dans les sociétés invariablement marquées par le sceau du pouvoir, surtout celui de nommer l’autre comme inférieur.

La troisième partie se penche sur la thématique de la représentation, en particulier à travers les médias qui jouent un rôle axial dans la diffusion massive et répétée des stéréotypes, en particulier ceux colportés par des feuilletons télévisés offerts directement à des millions de foyers.

La quatrième partie aborde l’expérience, la souffrance de la discrimination qui peut déboucher soit sur la résignation, soit sur la conversion au statut de discriminant, soit sur la mobilisation contre la discrimination.

Enfin, la cinquième partie traite de la thématique de la mobilisation contre la discrimination, qui s’exprime souvent sous forme de mouvements sociaux dont les moyens limités ne peuvent malheureusement produire que des résultats limités.

En s’appuyant sur des expériences concrètes, chaque essai aborde un ou plusieurs aspects des discriminations qui ne peuvent être que multiples par les nombreux facteurs qui les causent, les composent et les dynamisent vers un changement positif de la société. Ces facteurs peuvent aussi se croiser, soit pour exacerber la situation discriminatoire subie par une même personne ou communauté, soit de façon plus perverse pour faciliter la transmutation d’une victime en bourreau.

Dépassant les frontières idéologiques classiques, chaque essai, à sa manière, contribue à une meilleure appréhension de l’expérience de la discrimination en affinant les concepts qui y sont afférents et qui ne peuvent jamais être définitifs, mais au contraire toujours en délibéré, en devenir, afin de s’adapter aux vicissitudes du contexte globalisant des sociétés postmodernes.